Trail des vendanges à Brem sur mer

Le trail a le vent en poupe, des nouvelles épreuves apparaissent tous les ans sur les calendriers et c’est tant mieux ! J’adore découvrir des nouveaux coins, bouger… Vivre et profiter quoi, vous aussi ? Ça tombe bien c’est le principe d’envadrouille.fr alors nous allons faire un tour à Brem… Au trail des vendanges 2017 !

Je suis arrivé assez tôt, il n’y avait pas encore grand monde

Brem sur mer se situe à une quinzaine de kilomètres des Sables d’olonne. La ville est connue pour son vin. Je ne connais pas beaucoup le coin alors j’étais curieux de courir là bas même si je n’avais pas trop les jambes après le week-end dans les Pyrénées.

Je connais si peu le coin que je n’ai pas trouvé le stade du premier coup. Heureusement j’avais de l’avance. Arrivé sur place on est guidé par des bénévoles pour se garer, belle organisation pour une première édition.

Le retrait des dossards se fait dans un endroit assez exigu… Il n’y a pas d’endroit couvert à côté peut-être ?

Le retrait du dossard se fait rapidement du côté des vestiaires. Heureusement qu’il n’y avait pas beaucoup de monde à cet endroit encore car c’est un peu exigu. À revoir l’année prochaine suivant l’affluence je pense. Petite déception sur le cadeau remis en même temps que le dossard. Pour 14 euros je pensais avoir quelque chose de correct… Genre une bouteille de Brem. Raté, on a juste un pauvre tour de cou / bonnet…

Une petite photo de nous dans les vignes avant d’être encore plus rouge que le raisin !

Bref, on va se mettre au départ. On est moins de 100, ça ne se bouscule pas. Je ne suis pas sûr de ma condition physique alors je ne me mets pas trop devant. Ça part assez vite et j’essaie de ne pas trop me laisser griser.

Après 15 minutes je commence à me sentir bien et je décide d’essayer de rattraper Julien qui me met toujours 5 minutes dans tous les trails. Le trail emprunte des grands chemins, c’est très roulant, assez plat. Je déroule à toute vitesse dans une longue descente… Je suis bien. Mais c’est la qu’arrive la côte du trail. Je n’ai plus de jambes, dur dur mais je continue à courir.

Le reste de la première boucle est encore en faux plat. Je réussi à reprendre mon souffle et retrouver mes jambes. La deuxième boucle se fait à la même vitesse mais plus lentement en côte. J’ai suffisamment de réserves pour sprinter à l’arrivée, c’est agréable.

Le ravito a l’arrivée est le bienvenu, je reprends dès forces

Il y avait des ravitos en eau sur le chemin. À l’arrivée il y a du solide… Je me goinfre, j’ai faim ! Le matin j’ai juste mangé une crème mx3 au café. C’était juste suffisant pour 22 km.

En résumé, un trail très roulant, sous le soleil, c’est plaisant. Je suis quand même sorti de ma zone de confort mais j’aurais pu faire un peu mieux avec de la volonté. Je le referai peut-être l’année prochaine s’ils changent le parcours, je n’aime pas la routine !

J’ai fini la course avec la 2ème féminine… Je me suis fait distancer par galanterie évidemment !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*